La Belle au Bois – 1982

de Jules Supervielle  |  Mise en scène : Philippe Grand

La Compagnie des Deux Masques présente “La Belle au Bois” de Jules Supervielle à la grande salle du Collège de Cheseaux. Pour une première éclosion, cette troupe réussit un coup de maître.  |  “24 HEURES”

L’histoire invente des histoires, bigre ! La légende prévaut-elle vraiment ? Courez voir cette pièce. Elle mettra plein de désordre et d’air frais dans votre tête. Un amour d’outre énigme qui rend balourd tous les humains ameutés en dernière minute pour y mettre bon ordre. Lequel ? Pourquoi ?  |  “24 HEURES”

“Les héros de Charles Perrault, à force de vivre sous la même couverture d’un même livre, devaient finir pas se connaître et par agir les uns sur les autres”. C’est ainsi que Jules Supervielle résume le thème de “La Belle au Bois”, que la toute jeune compagnie des Deux Masques présentait vendredi et samedi. Toute jeune, car c’étaient là les premiers pas en public de cette compagnie d’amateurs. Et il n’y a absolument aucun doute à avoir : c’est un succès.
Dans une pièce pas toujours facile à interpréter, où l’humour, l’amour, la haine, la tristesse et la peur se mêlent, il fallait réussir à recréer une ambiance, une atmosphère. Pari difficile, pari gagné. Dans des décors sobres, mais évocateurs, avec des jeux de lumières reflétant les sentiments, les acteurs ont su trouver le ton juste. Il n’y a qu’un vœu à exprimer: que Philippe Grand et toute la troupe se remettent très vite au travail afin de nous présenter bientôt une autre œuvre qui nous fasse passer un aussi bon moment !
|  “Echo du Gros-de-Vaud”

cottierluginbuhlegginmannrochat cottierrochatsupervielle cddmPLAQ-0006

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.