Le Procès de Mary Dugan – 2009

d’après Bayard Veiller | Mise en scène : Bernard Novet | du 2 au 10 octobre 2009 à Cheseaux-sur-Lausanne

affiche 24heures 20091005

La pièce

Tribunal de New York, 1928.

L’Avocat général :

Mesdames, Messieurs les Jurés, l’affaire se présente ainsi : M. Edgar Rice, président de la National Securities Association, un homme dont la fortune, la situation, le rang social étaient considérables, a été trouvé mort, au matin du lundi 19 avril, dans l’appartement de l’accusée Mary Dugan, connue professionnellement sous le nom de Mona Tree. Il avait été poignardé – dans le dos – par la femme qu’il entretenait…

Mesdames, Messieurs les Jurés, quel que profond désir que j’aie de ne pas attenter à la mémoire d’un homme respectable, je dois dire que M. Edgar Rice, pourtant bon père et bon époux, menait secrètement, auprès de cette femme, une vie irrégulière, qu’il a, hélas, expiée dans une mort honteuse. – Quant à l’accusée, populaire pour son charme et sa beauté, elle est, depuis plusieurs années, entraîneuse aux “Folies”.

Avant que les témoins ne fassent dérouler devant vous ce douloureux procès dans tous ses détails, laissez-moi d’un mot, pour superflu que soit cet avertissement à des personnes telles que vous, vous mettre en garde contre la jeunesse, la beauté de cette femme et sa dangereuse séduction…

Justice(s) en question

Résonnant curieusement avec les récentes tribulations judiciaires, et très genevoises, de l’assassin – dit-on “assassine” ? – d’un célèbre banquier français, le drame que vous présente  la compagnie Des Deux masques a pourtant l’avantage de n’être que pure fiction…

Enfin, presque ! Car s’il est absolument vrai que tout est absolument… faux dans la terrible affaire Mary Dugan, reste cette réalité immuable qui fait que sexe et argent, origine et rang social se mêlent et s’entremêlent jusqu’au coeur de la justice.

Selon que vous soyez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir…, disait La Fontaine en son temps. Quelle fable ! Au pays de la démocratie ? Rien de tel, sans doute…

Quoi que… Comme à chaque fois, la mise en scène du grand théâtre de la justice devient sa mise en… abîme ! L’incarnation même de ce qui rend possible la coexistence entre les hommes se retrouve au banc des accusés. Justice de classe, à la solde du plus riche, dans une société façonnée par et pour la bonne fortune et la puissance des possédants ?

Probablement pas, vous exagérez… Cela ne serait guère raisonnable et compatible avec l’idéal humaniste et républicain. Ou alors, juste un peu, entre les lignes…

Parole de “danseuse” contre parole de banquier ! Rien ne va plus… 1929, c’est la grande crise… Déjà… Encore…

– Bernard Novet (tiré du programme)

 

L’auteur

Scénariste, dramaturge, producteur et réalisateur américain, Bayard Veiller (1869-1943) écrivit plus de trente scénarios de films entre 1915 et 1941. Né à Brooklyn, et mort à New York, il créa
notamment, outre son Procès de Mary Dugan, une adaptation d’Arsène Lupin, d’après Maurice Leblanc.

L’équipe

Juge Paulson – Eliane Barbey
Greffier – Martin Rengier
Avocat général – Denis Roch / Bernard Novet in extremis
Mary Dugan – Florane Gindroz
Jimmy – Nicolas Rutz
Maître West – Raymond Vernez
Huissier – Edmond Périsset
Pauline Aguerro – Claudia Gueissaz
Avocat de Pauline Aguerro – André Gueissaz
Docteur James Welcome – Georges Pittet
Inspecteur Hunt –  Samuel Ebinger
James Madison – Elisiário Souza Netto
May Harris – Tania Cuany
Ferne Arthur – Katia Burri ou Julie Zimmermann
Dagmar Lorne – Elisabeth Crot
Gertrude Rice – Danielle Martin
Patrick Kearney – Roberto Chavaillaz
Harriet Plaisted – Mireille Jotterand
Substitut de l’avocat général  – Jacques Muggli
Journaliste – Joerg Hau
Sténographe – Philippe Treutenaere
Marie Ducrot – Lucienne Dematraz
Capitaine Price – François Langer
Policier – Cédric Rigoli
Membres du jury – Les spectateurs

Décors – Pierre-André Nicole, Florane Gindroz et des membres de la troupe
Costumes – Sylviane Vernez et des membres de la troupe
Régie lumière – Pierre-André Nicole
Régie son – Daniel Grand
Mise en scène – Bernard Novet

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.